Oser exprimer ces attentes Par Fabrice Baudino Le conte de la petite fille qu’on appelait toujours « ma grande »   Il était une fois une petite fille qui avait grandi trop vite, trop rapidement. Non seulement dans son corps, dans ses jambes, dans ses bras, mais dans tout le reste. A huit ans, on lui demandait d’être serviable, attentive, raisonnable. De ne pas se plaindre, de ne pas se mettre en colère, de ne pas faire de caprices, de ne pas avoir d’exigences. D’être grande quoi !   Ne croyez pas que ses parents étaient des bourreaux. Oh non, ils lui demandaient simplement : fais-nous plaisir. Seulement cela, on ne te demande rien d’autre que d’être gentille, que d’être obéissante…ce n’est pas difficile ça !   Comme cette petite fille n’avait jamais osé demander quelque chose, elle n’était jamais déçue. Elle ne savait pas si elle était heureuse ou pas. Elle n’avait pas de désir propre. Elle était sans attente. C’était les autres qui avaient des attentes à son égard. Et son plaisisr à elle…était de faire plaisir…aux autres ! Du moins l’imaginait-elle. Quelque chose cependant aurait du l’alerter, car les autres ne témoignaient pas beaucoup du plaisir qu’ils avaient à ce qu’elle soit « comme elle devait être ». Pour eux cela allait de soi.   Pour être tout à fait juste, je dois dire que quelquefois, le soir juste avant de s’endormir, quand elle suçait son pouce, le drap sous le nez, les yeux ouverts dans le noir, un sentiment d’injustice l’effleurait de son aile noire. Oh…à peine ! Elle imaginait aussi qu’il y avait un pays ou les filles pouvaient être petites longtemps, longtemps. Un pays où les parents écoutaient les désirs des enfants, même s’ils ne se réalisaient pas toujours. Un pays où les enfants pouvaient jouer à être grand, mais seulement à jouer…à être grand. Certains soirs elle imaginait qu’elle partait pour ce pays, avec un grand sac et qu’elle l’emplissait de rêves, de jeux, de rires e et aussi de sanglots. Car vous l’aurez deviné cette petite fille ne pleurait pas du tout « puisqu’elle était grande »   La suite de l’histoire est étonnante. Il faudra que cette petite fille attende d’avoir quarante ans. Vous m’avez bien entendu, quarante ans pour oser devenir petite, pour oser avoir des désirs impossible, pour oser pleurer et rire. Pour oser danser et faire des bêtises. Un jour sa fille lui demanda : « c’est vrai maman que tu n’as jamais été petite ? » « C’est vrai j’ai vécu comme si si je n’avais jamais eu ni le temps, ni l’idée, ni la possibilité d’être petite. Oui, très tôt, lui dit-elle, je suis devenue grande. C’est seulement aujourd’hui que je comprends. Tout s’est passé comme si mes propres parents n’avaient pas eu le temps de grandir, quand ils étaient enfants et que moi je devais être grande pour eux… »   Il arrive parfois à des ex-petites filles d’attendre longtemps, longtemps pour oser être enfin petites.


La prudence n’est qu’une qualité point une vertu ! Par Fabrice Baudino La prudence n’est qu’une qualité point une vertu ! La peur de l’ennui est une des causes de certain activisme sidéral dénoncer ! L’ennui devient alors la seule excuse du travail ! Penser reve de poète ne suffit plus ! agir et parfois rugir ! Le sourir n’est que le debut de la grimace ! Ce qui est nécessaire n’est jamais ridicule et la violence le refuge des incompétents sachant que cette même violence ne fait peur qu’à soit mort bleu ! sans le verbe Sans la verve Seul la verge Une disparition comme ce corps noir tranchant l’alpha signal inconstant du vrai diffus et seul la prudence et non cette raison « seul le fou perd tout sauf sa raison » Alors mieux vaut  travailler /canaliser/batailler /chute prudence/la chute dans se désordre/ Due à cette chute ? Chute de phrase temporelle et désordonnée ¤Baud                                          Fatigue pensée T …..  


Derniere Fatigue Derrière la fatigue, qu’est-ce qu’il y a ? Qui ? Métamorphose, révélation, rencontre. Quand la peur se délite. Elle, enfin. Hors contrôle, bas les masques. Ta vérité. Et la mienne. C’est cela la Rock’n Roll attitude, non ? Ce que j’en comprends. Un petit tour aux frontières du vivant. Visite du propriétaire. Salutaire. Ne pas mourir sans avoir vécu. Prendre l’embranchement, la bretelle… Celle du métronome pour osciller et faire des chorus de Joies. FB.