Jeune Marin – Poeme –


Jeune marin

J’entends battre son cœur
de funambule.

Sur la route des fleurs
au crépuscule.

La clarté éphémère
s’envole au loin,

Dans le bleu de la terre
au quotidien.

Les grandes toiles flottent,
soleil divin.

La douce enfant toussote
sur le chemin.

Le vieil homme sanglote
de bon matin.

Les bateaux rentrent au port
dans les embruns

Pour qui battra ton corps
jeune marin.

Posted from WordPress for BlackBerry.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s