Pour sortir de la médiocrité et de la platitude ambiantes…


« II n’est rien de tel que l’admiration. Exulter parce qu’on se sent dépassé par la grâce d’un musicien, l’élégance d’un animal, la grandeur d’un paysage, voire l’horreur grandiose d’un enfer, c’est ce qui donne un sens à la vie. Celui qui n’est pas capable d’admiration est un misérable. Aucune amitié n’est possible avec lui, car il n’y a d’amitié que dans le partage d’admirations communes. Nos limites, nos insuffisances, nos petitesses trouvent leur guérison dans l’irruption du sublime sous nos yeux. Comme l’a dit Ingmar Bergmann, la musique de Jean-Sébastien Bach nous console de notre impiété. On pourrait ajouter: notre futilité s’évanouit à la lecture de la Bible, notre grivoiserie se métamorphose en amour charnel à la vue des corps de la Chapelie Sixtine, et les Carnets de Paul Valéry transforment notre bétise en lumineuse intelligence.  »

Célébrations, Michel Tournier

Posted from WordPress for BlackBerry.

Baudelaire


Au-dessus des étangs, au-dessus des vallées,
Des montagnes, des bois, des nuages, des mers,
Par delà le soleil, par delà les éthers,
Par delà les confins des sphères étoilées,

Mon esprit, tu te meus avec agilité,
Et, comme un bon nageur qui se pâme dans l’onde,
Tu sillonnes gaiement l’immensité profonde
Avec une indicible et mâle volupté.

Envole-toi bien loin de ces miasmes morbides ;
Va te purifier dans l’air supérieur,
Et bois, comme une pure et divine liqueur,
Le feu clair qui remplit les espaces limpides.

Derrière les ennuis et les vastes chagrins
Qui chargent de leur poids l’existence brumeuse,
Heureux celui qui peut d’une aile vigoureuse
S’élancer vers les champs lumineux et sereins ;

Celui dont les pensers, comme des alouettes,
Vers les cieux le matin prennent un libre essor,

– Qui plane sur la vie, et comprend sans effort
Le langage des fleurs et des choses muettes !

Posted from WordPress for BlackBerry.

T Cosmos T


Andromede galaxy singulière 10 mille et poliforme ou 1 trou obscur alimente ama gama de la vierge –
Cette goutte. A l’extrême limite observable d oil vetu a nu –

Je met le télescope chimique vers cosmos nébuleuse carène
etoile agonisante omega santori. vous y etes trop chaude géante
o Bleu éclatant
1 poupouniere d’étoile ou la nébuleuse entouré de têtards pret a etre solaire ou rion se prélasser entre
techno débris suspendu d’apesanteur Soupire et souvenance d 1 instant
Pour l’éternité…

Posted from WordPress for BlackBerry.