Le Borgne


Le borgne.

Il pleure d’un seul oeil,
L’éborgné mal regardé
Ivre du temps éclusé, 
Ravagé par le deuil.

Le soleil dans la nuit
Sous sa couronne
Va sa vie monotonne
Loin très loin d’ici

La retrouvé là derrière
Son pauvre amour
Pourrissant là sous la terre
Morte, enterrée pour toujours.

La promesse à l’éclesisaste
Devant dieu, etceterra,
De lui l’iconoclaste
Rendit l’ultime coups bas.

Le pied dedans,
Perdu dans les limbes
La mort impératrice attend
Ricanne et le nimbe…

Il pleure d’un seul oeil,
L’éborgné mal regardé
Ivre du temps éclusé, 
Ravagé par le deuil.

Texte de –
Pierre Mathieu.

Posted from WordPress for BlackBerry.

JE T AIME POEME texte d’instant T comme TAME


Je T ‘aime poème,

Au commencement il y à je t’aime,
l’anathème de tous les thèmes

Cette intonation suprême,
Est le plus beau des théorèmes,

Quelque fois c’est un problème,
mais quand bien même

J’aime ce phénomène suprême,
tel ce poème

Dont le barème,
contribue à son germe

Au centre de l’épiderme,
et face à moi même,

N’est il pas source de dilemmes,
de te le dire au centième

Le plus beau de tous les baptêmes,
n’est pas un blasphème

Quand je te dis je t’aime,
ce n’est pas un phonème

Je t’aime. ….
Poème
Bien à vous. FB.

Posted from WordPress for BlackBerry.

Le Printemps de Septembre à Toulouse devient ARTIST COMES FIRST.


En revenant de l'expo !

revueFestival international d’art de Toulouse, du 24 mai au 23 juin 2013.

En 2013, Le Printemps de Septembre se métamorphose : nouvelle direction, nouvelles dates, nouveau concept, nouveau nom.
L’ambition clairement affirmée par son nom ARTIST COMES FIRST est de placer l’artiste au premier plan.
Dirigé par l’artiste français Jean-Marc Bustamante,  le programme est  conçu par sept membres d’un comité de programmation qui devient permanent. Cette année, il est  présidé par la directrice de la Fondation Rauschenberg, Christy MacLear.
Pour cette première édition, le festival présente sept projets artistiques conçus spécifiquement pour les lieux qui accueillent le festival, sites remarquables du patrimoine de Toulouse :  Les Jacobins, le Château d’Eau, l’Hôtel-Dieu, le Port Viguerie, la Fondation Bemberg, les Abattoirs, le Musée des Augustins.

Au cours des week-ends du Festival, la cour de l’Institut supérieur des arts de Toulouse accueillera des échanges avec…

View original post 411 mots de plus

PHOTO : Magnifiques photo surrealiste


DITES FREEZE !

Pour ceux qui aime autant la photographie que moi,vous allez être ébahit,j’ai sectionné pour vous une sélection de quelques photographies surréaliste et abstraite.Les liens vers le site des artistes sont au dessus.

1.http://elenakalis.deviantart.com/

01

2.http://ssilence.deviantart.com/

02

3-http://ssilence.deviantart.com/

03

4-http://nabskater.deviantart.com/

04

5-http://someonelovely.deviantart.com/

05

Des styles différents mais une passion commune !

ILIKE

liketwi.png

pin

View original post

le Drane de la creation “Parfois“ sans point


«
Le drame de la création parfois sans point est d’être identifié, le drame de tout créateur, c’est d’avoir fait une œuvre et que cette œuvre identifie un auteur, que cette œuvre désigne une façon de faire, un style, c’est le drame de toute la création, car finalement faire une œuvre c’est mourir, c’est se donner pour mort,
avant la mort n’existait pas car il n’y avait pas de créateur identifié, la mort était souterraine,
elle était très présente cependant, elle risquait d’envoyer sous terre le créateur avant sa création, car le créateur croyait que s’il ne créait pas il mourrait,
c’est pour ça qu’il s’est mis à créer, pour ne pas mourir, alors qu’il aurait pu ne pas croire à ce qu’il ressentait au fond de lui et rester dans l’ombre, il aurait pu éviter ainsi d’être à découvert, car dès que l’oeuvre apparait le créateur est désigné et s’en est fini de lui, on dira toujours que cette création est l’oeuvre de cet auteur et que cet auteur est finalement reconnaissable, du coup les créateurs se sont mis à faire diversion, à faire autre chose que des créations qui leur permettrait d’être reconnu, mais ce fut pire, car on disait ceci est bien l’oeuvre de ce créateur, cette façon de ne pas y toucher, cette manière de faire semblant, ce petit penchant à se diversifier pour se faire oublier, il ne s’est pas oublié, bien au contraire, il est publié, même si cette publication n’est jamais la même, on reconnaîtra le créateur comme celui qui est toujours jamais le même, celui qui veut surprendre son petit monde, mais personne n’est dupe, pas même le petit monde, le petit monde autour du créateur, personne n’est dupe de son petit jeu de dupe,
il est identifié, s’en est fini de lui, le créateur est mort. »

Posted from WordPress for BlackBerry.