Hans was Heiri


sansadjectif

IMG_5509_1 copie 2

Poétique du cadre.

Au théâtre hier soir, les décors n’étaient pas de Roger Harth mais de Zimmermann & de Perrot. La compagnie suisse du même nom y jouait au TNN (Théâtre National de Nice) sa dernière pièce intitulée Hans was Heiri. Mais l’œuvre mouvante non identifiée que l’ai eu la chance de savourer hier se classe difficilement dans ce qu’on appelle théâtre. Comment appeler une production qui relève à la fois du drame, du ballet, du cirque ? La réponse revient aux créateurs : « Nous appelons notre travail du théâtre, car nous n’avons pas trouvé de meilleur nom. Nous aimons déformer et retourner les choses. Nous recherchons le possible dans l’impossible. Nous prenons des risques et nous échouons. Nous aimons les choses, les objets, ce sont pour nous des êtres vivants. »

Idiome suisse-allemand, Hans was Heiri signifie « au bout du compte, c’est du pareil au même. » Le parti pris…

View original post 661 mots de plus

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s