je pense que



Je pense que seul l’ouverture, l’acceptation de notre intégrité, de notre sincérité, de notre conviction envers l’existence d’un plan Spirituel, permet de nous libérer de notre prison lié au paroxysme du questionnement contestataire.

Le doute vient du fait qu’on a associé « DIEU » aux religions.
Pourquoi le Vatican et autres emblèmes ne mettent ils pas à disposition du public, les trésors liés aux reliques et autres récits, manifestant ainsi l’isolement sarcastique de nous conditionner à proclamer ce que le Pape et ceux qui nous « dirigent » nous dictent de penser.

Le « Guide » d’Henry Vignaud médium lui à transmis ce merveilleux message : »ne cherche pas à voir, mais vois »

Tout est dit.
Je vous laisse à vos réflexions.

Bien à vous. FB

INFERNO

joana-avec-valerie-et-reine-dans-le-miroir-1999-nan-goldin1[1]

EDITION : Réedition du premier journal de Nan Goldin : « La Ballade de la dépendance sexuelle » / Editions de la Martinière.

Publié pour la première fois en 1986, « La ballade de la dépendance sexuelle » est le premier journal intime de la photographe américaine. Il vient d’être réédité en janvier 2013 aux éditions de la Martinière. L’artiste a rajouté une postface à cette réédition, écrite en février 2012.

La ballade de la dépendance sexuelle est une série photographique sous forme de journal, un cahier intime qui en 1986 lors de sa première parution a fait grand bruit. 125 photographies composent ce récit sous forme d’un journal urbain, une incursion dans la marginalité et l’underground du New York des années 80.

Comme toujours, la vie intime de artiste et son oeuvre sont indissociables. Ses amis artistes, musiciens, prostitué(e)s et travestis, marginaux et exclus, sont ainsi photographiés dans leur intimité au quotidien. Au final son travail se lit comme u album de famille et toute son oeuvre se constitue ansi depuis, aussi bien dans ses publications que dans ses nombreuses expositions. En France, on peut voir notamment une large part de son travail à la Collection Lambert, le fonds d’oeuvres que le galeriste qui la représente depuis ses débuts a constitué à Avignon…

View original post 238 mots de plus

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s